Equateur

Equateur1.JPG

Nous voici en Equateur. Nous sommes rentrés par la frontière de Huaquillas, tout au sud donc, sans aucun problème ni même une petite fouille.

Ce qui surprend, en entrant en Equateur , outre la propreté (qui fait vraiment défaut au Pérou), c’est cette plongée immédiate dans une végétation luxuriante ; très étonnant, après les zones désertiques du nord péruvien de se retrouver dans une telle verdure : nous reconnaissons en bordure de la route des plantes que nous trouvons en France mais tandis qu’elles poussent difficilement dans nos intérieurs , ici, elles sont géantes dans leur milieu naturel ; nous traversons des bananeraies dont les innombrables régimes sont abrités dans du plastique transparent, des champs de cacao couverts de grosses bogues brunes, des arbres immenses de toutes sortes, sur certains poussent des plantes grasses comme des orchidées, sur d’autres pendent des lianes , des papayes, d’énormes châtaignes (arbre à pain) , mais aussi des champs de café, de thé (etc) ; Au milieu de cette nature exubérante, on aperçoit des maisons sur pilotis, pour la plupart en bois, des usines d’expédition de bananes ou de cacao, et des rivières terreuses que les pluies abondantes en cette saison, rendent fougueuses. Plus nous montons vers Quito, plus il y a de cultures et d’élevage : on dirait que le moindre centimètre carré de montagne est travaillé et parfois dans des endroits très difficile d’accès surtout quand on sait que tout ou une grande partie en tout cas, se fait encore ici, à mains d’hommes ; c’est impressionnant. Nous pouvons aussi constater la déforestation abondante laissant de grands versants totalement rasé, qui seront à leur tout exploités par les industries agricoles voire même pétrolière ; ainsi va le monde ! Nous avons aperçu dans les nuages bas, le Chimborazo, le volcan le plus haut du pays avec ses 6310 m et son sommet enneigé mais sommes passés tout près du Cotopaxi (5897 m) sans le voir tellement la couche de brume était épaisse. Nous espérons pouvoir les admirer à notre retour. Pour l’heure, nous venons de nous installer dans un parking surveillé en plein centre du Quito Moderne afin d’attendre nos visiteurs en toute sérénité, car la capitale de l’Equateur (2850 m) s’étend sur un immense territoire au milieu d’un relief accidenté et la circulation n’y est pas facile du tout.

Equateur5.JPG

En vrac :

Le prix du diesel est affiché à 1,03 $ (0,82 €) nous étions contents de le trouver à ce prix là et encore plus lorsqu’on s’est aperçus que ce n’était pas le litre mais le galon soit 3,8 litre pour 82 centimes d’euro ou 0,21 € le litre : C’est énorme comme dirait Christophe.

On traverse toute la capitale en taxi pour 3 $ / 1 assiette garnie (viande, légume, riz) = 2,20 $ /Nous n’avons pas encore noté beaucoup de prix mais nous avons déjà constaté que la vie est plus chère qu’au Pérou mais bien bien moins qu’en France/Nous avons comparé de nombreuses agences de voyage afin de trouver une croisière de 5 jours pour les Galapagos avec la visite de 6 îles. Nous sommes satisfaits car les prix « last minute » d’ici sont moitié prix que ceux proposés en France pour une qualité supérieure.