Nazca - Paracas

Nous sommes en été mais le climat péruvien est très différent d’une région à l’autre. Le matin, en bordure du Pacifique, la Garûa, une brume très humide et épaisse qui monte de l’océan, forme une chape blanche qui recouvre le paysage ; l’air déjà chaud devient si étouffant qu’on regrette presque les pluies des hautes altitudes. Lorsque ce rideau de nuage se lève, il laisse place à un chaud soleil que rend supportable la brise océane mais les coups de soleil s’attrapent à la vitesse grand V.

Nazca_Para15

Nous nous imaginions les lignes de Nazca dans une région montagneuse et non pas dans cet immense plateau aride, zone désertique et triste. On nous a fortement déconseillé d’utiliser les petits Cesnas qui survolent rapidement la zone (à 220 km/h) en invoquant de nombreux accidents et en stipulant qu’il était très difficile de réussir les photos à cette vitesse et à travers les hublots. En outre, les prix étant exagérés pour ces mini tours de manège, nous nous sommes donc rendus au mirador qui se situe sur la route Panaméricaine afin d’apercevoir une main, un arbre et un lézard (coupé par la route). Ces dessins sont tracés dans le sable comme des sillons, pas très profonds. D’un peu plus loin, on peut voir des lignes rectilignes du même acabit qui se chevauchent. Aucune explication « concrète » : des hypothèses différentes du genre dessins d’extra terrestres, calendrier astronomique, tracé hydraulique ou autre ? Ces énormes figures géométriques sont inscrites au Patrimoine Mondial de l’Unesco depuis décembre 1994 mais disparaissent petit à petit à cause de l’érosion et des modifications climatiques.

Honnêtement, nous n’avons pas trouvé ça extraordinaire !

Nous nous sommes ensuite rendus à la réserve Nationale de Paracas : océan Pacifique à perte de vue et belles plages de sable blanc ; le lieu idéal pour les promenades et tenter une petite plongée et une partie de pêche : pour l’anecdote un pêcheur local voyant leur nasse vide, a offert à Eric et Michel une belle bonite (un régal).

Nazca_Para1

Du petit port de pêche sympathique partent de nombreuses excursions pour les îles Ballestas. Eric et Virginie on pu admirer des milliers d’oiseaux (pélicans, pétrels, flamants tricolores, fous blancs (etc)), des pingouins de Humboldt, et des phoques en totale liberté et dans un site fantastique. Du large, ils ont vu le « candélabre » géant tracé sur une falaise ; il sert de point de repère aux navigateurs des mers australes et se trouve sur le même axe directionnel que les lignes de Nazca (on sait toujours pas pourquoi !).

Notre route passant par Pisco, du nom du célèbre apéritif national, nous y faisons une halte pour le ravitaillement et les commodités. Après les kilomètres de paysages désertiques, la vision de la ville la plus sinistrée lors du tremblement de terre du 15 aout 2007 est désolante. Partout des ruines, des abris de fortune, des chantiers de démolition ou de restauration ... Tous les gens avec qui on discute nous parlent de la catastrophe, nous montrent les dégâts, les monticules de gravats, l’église détruite... A Pisco, il y a eu 800 morts en 3 minutes dont 160 personnes qui assistaient à la messe. Le traumatisme est encore à fleur de peau mais la vie continue, aussi animée qu’elle peut l’être dans les villes péruviennes.

Nazca_Para21

Que ce soit au Chili ou ici, nous sommes toujours stupéfaits devant, l’acceptation, la volonté, la solidarité, la résignation de ces populations qui vivent en permanence dans ces zones sismiques à hauts risques.

Nous continuons notre chemin vers le nord en passant par la citadelle Inca de Tambo Colorado, le site le mieux conservé de la côte péruvienne. Là, encore une surprise nous y attend. Le guide des lieux, nous déconseille de dormir sur le parking et nous invite à nous installer juste devant chez lui.

Nazca_Para18

Nous le suivons donc, et découvrons sa petite ferme où il vit avec père, femme, et enfants. La vie en toute simplicité : une vache, trois ou quatre chèvres, un cochon, un potager, seuls au milieu de nulle part mais en bordure d’un site Inca et face au rio Pisco dominé par les montagnes verdoyantes. Un moment inoubliable.