Valparaiso

Nous avons volontairement évité Santiago, capitale du Chili mais surtout gigantesque métropole surpeuplée afin de privilégier Valparaiso, « La Perle du Pacifique ». Après San Antonio, la ville reste surtout grâce à la présence de la Marine Nationale, un important port de la côte Pacifique chilienne. Elle comporte deux parties distinctes : la ville basse et plate où sont installés les quartiers d’affaires, les commerces, les nombreux transports bus, métro, tramways et où règne une animation permanente jusqu’au petit matin. On peut voir la place Sotomayor dominée par la bâtisse bleue du Centre de commandement de la Marine et longer l’avenue principale en bord de mer qui traverse Viña del Mar, lieux privilégié pour les plaisirs de la plage où fleurissent les locations touristiques.

Valparaiso1.JPG

Les funiculaires montent les pentes abruptes des montagnes pour atteindre l’autre ‘ville’ plus calme, celle des quartiers (dont certains sont très pauvres) aux constructions anarchiques très colorées, dans les ruelles sinueuses et grimpantes qui surplombent la baie. Nous nous sommes régalés de prendre ces impressionnants ascenseurs dont le plus ancien date de 1883, qui montent et qui descendent des parois parfois très raides en profitant des vues imprenables sur la ville et son port, de marcher dans ces minuscules rues où foisonnent en cette saison les bougainvilliers, les géraniums et d’admirer les créations des artisans qui s’y sont installés ; Pablo Neruda qui possédait ici une maison a-t- il inspiré les pulsions artistiques qui s’exhibent sur chaque mur, dans chaque recoin ? Sculptures, peintures, tags aux couleurs vives, décorations diverses donnent à ces quartiers une âme bohême. De plus, la ville est en grande partie recouverte de fils et câbles électriques entremêlés (à rendre fou un électricien) qui leurs donnent un cachet « vieillot » supplémentaire et sympathique.

Valparaiso6.JPG

Mais elle porte aussi les marques terribles des séismes ; beaucoup d’édifices se sont effondrés ou ont été très endommagés et de nombreux chantiers sont en cours de restauration. Nous avons d’ailleurs, passé la nuit en plein centre de Valparaiso (pour 4000 pesos =environ 6 euros) dans un parking sécurisé du quartier Matriz, dans les ruines d’un ancien bâtiment dont seuls les murs tiennent encore debout. Là encore, accueil chaleureux des propriétaires, conseils et honnêteté dans un quartier pourtant dit « sensible »… Valparaiso mérite sincèrement l’Oscar de la ville la plus pittoresque du Chili que nous ayons vu jusqu’à maintenant.