La traversée ...

Nous avons quittés Palamos vers 14 heures avec un petit vent de nord ouest qui nous pousse doucement. Vers 17 heures, alors que la côte s’éloigne, le vent tombe complètement nous obligeant à mettre le moteur en route. Nous avons déjà installé les cannes à pêche et profitons de cette fin de belle journée lorsque notre moteur s’accélère tout seul puis ralenti une première fois, puis une seconde et puis sans cesse.
Nous faisons demi-tour mais il n’y a pas un souffle de vent et notre panne s’aggrave, le moteur cale désormais de plus en plus souvent. La galère quoi ! Vers une heure du matin nous réussissons à rentrer dans le petit port de San Féliu de Guixols (où l’ancrage est interdit) et après une brève nuit on se fait chasser. Nous rejoignons péniblement Palamos, le moral en berne ! On pense que c’est le régulateur de la pompe à gaz oïl et que nos vacances aux Baléares sont fichues !
A midi nous appelons le spécialiste Tornykroft à Chitry les Mines qui nous prodigue gentiment ses conseils que nous nous empressons de mettre en application ; nous changeons quelques pièces, nettoyons, resserrons, démontons, essuyons, soufflons, remontons.

A 20 heures le premier essai autour de Palamos nous rempli tous de joie ! Après un excellent repas, malgré le vent du sud annoncé nous repartons à minuit. Effectivement nous ferons toute la traversé avec le vent contraire, et au moteur ! Il a tourné 34 heures impeccablement ! Merci, Monsieur Johnson pour votre si précieuse assistance téléphonique ! Malgré le vent du sud annoncé, nous étions si contents de pouvoir repartir que ce mauvais vent ne nous a pas démonté.
De plus Réveil Magique quant au petit matin les dauphins sont venus nous souhaiter la bienvenue dans leur grandiose univers ! La mer est belle et la visibilité parfaite, le soleil brille et nous attrapons un thon dans l’après midi, ce qui nous a occupé pas mal, garçons au gros œuvre, filles au conditionnement et au stockage ! Nous assistons au coucher de soleil, les dauphins reviennent pour nous souhaiter une bonne nuit que la pleine lune inondera de lumière jusqu’au lever du jour où sont apparus les phares de l’île de Majorque.




Ce texte a été écrit dans la superbe baie de Puerto Soller alors que nous sommes à l’ancrage face à la plage où nos petits enfants s’amusent et devant le pic du Puig Mayor qui surplombe toute la chaîne montagneuse où se mêlent pins et oliviers !