Eté 2008

Fil des billets

lundi 18 août 2008

Conclusion

Nous nous arrêtons quelques jours dans la Cala Bona tout près du Cap Creux :

nous sommes seuls dans cette magnifique crique et passons d’agréables journées : baignade, pêche, promenade dans la garrigue odorante, observation de la faune sous marine (nous avons une muraine juste sous le bateau), manger (soupe de poisson de fabrication maison !) dormir et recommencer...

"INFO : nous avions mâté à Port la Nouvelle (125 euros) et apprenons qu’à Gruissan c’est 30 euros ! Ca vaut le coût de faire les 2 heures de navigation !"



Et voilà l’Embellie va remonter le canal et retrouver son emplacement à Port Sud tandis que nous préparons déjà mentalement notre prochain voyage.

lundi 4 août 2008

Espagne



Nous nous sommes arrêtés dans le parc naturel des îles Médas prés de la ville de l’Estartit. Cette réserve maritime protégée depuis 1985 nous permet d’admirer avec palmes, masque et tuba des poissons magnifiques. On nage parmi d’énormes mérous, des raies gracieuses, des rascasses plutôt effrayantes, traversons des bancs de sars, de daurades et autres multitudes d’espèces aussi belles les unes que les autres !
Miracle écologique que ce splendide aquarium géant dans notre méditerranée si malmenée (déchets de toutes sortes, pêche surabondante, pollution ...)

Retour ...

Nous avons quitté les Baléares lorsque le créneau météorologique nous était favorable. Même si le vent n’était pas suffisant pour une bonne navigation à la voile, nous avons eu la chance malgré la faible lueur du dernier quartier de lune que le ciel de nos deux nuits en mer brille de milliers d’étoiles. Toute la journée, nous sommes tous enchantés d’apercevoir de nombreux groupes de dauphins.



Certains, uniquement de passage nous croisaient gracieusement en épousant les vagues, d’autres sont venus jouer autour du catamaran et nous ont fait des spectacles extraordinaires : je passe sous une coque, je passe au milieu du catamaran, je reviens de l’autre côté en sautant et éclaboussant , cris aigus, pirouettes ! Nous sommes tous enchantés Entre deux visites de nos amis dauphins notre route a aussi croisait une énorme tordue dont vous apprécierez certainement la photo.

dimanche 27 juillet 2008

Formentor



Notre petite Linda est guérie et nous naviguons autour du cap Formentor. Nous découvrons des minuscules calanques où l’eau est transparente et chaude à souhait. Nous nous baignons souvent au milieu de poissons de toutes sortes sous la surveillance vigilante des biquettes sauvages qui peuplent la garrigue alentour et recherchons l’ombre et les courants d’air tant le soleil est brulant.

mercredi 23 juillet 2008

Les nouvelles

Notre petite poupette Linda a fait une grosse gastro : l’inquiétude règne à bord.
Nous l’amenons dans le seul centre médical (et de plus privé donc onéreux) de l’endroit où nous sommes au mouillage. Ils lui font une prise de sang qui diagnostique une bactérie : antibiotiques, doliprane + et + mais elle ne garde rien et nous nous inquiétons.

Le lendemain, expédition précipitée en bus et à pied chez un pédiatre dans un autre village qui nous prescrit une ordonnance pour perfusion à l’hôpital de Palma si elle ne se réhydrate pas d’ici la fin d’après midi.

Nous sommes tous en stand-by devant la petite qui est à bout de forces.

Très lentement son état s’améliore et notre moral remonte au même rythme, en effet n’avions plus goût à rien !

En ce mercredi matin elle reprend doucement le dessus mais nous renonçons à aller sur Ibiza car l’état de la mer et les vents contraires seraient trop fatiguant pour elle d’autant qu’il fait une chaleur très lourde.

On choisit d’aller sur Formentor où les enfants pourront profiter des plaisirs de la plage et nous, nous reposer après ces fortes émotions.

Quelques photos



samedi 19 juillet 2008

La traversée ...

Nous avons quittés Palamos vers 14 heures avec un petit vent de nord ouest qui nous pousse doucement. Vers 17 heures, alors que la côte s’éloigne, le vent tombe complètement nous obligeant à mettre le moteur en route. Nous avons déjà installé les cannes à pêche et profitons de cette fin de belle journée lorsque notre moteur s’accélère tout seul puis ralenti une première fois, puis une seconde et puis sans cesse.
Nous faisons demi-tour mais il n’y a pas un souffle de vent et notre panne s’aggrave, le moteur cale désormais de plus en plus souvent. La galère quoi ! Vers une heure du matin nous réussissons à rentrer dans le petit port de San Féliu de Guixols (où l’ancrage est interdit) et après une brève nuit on se fait chasser. Nous rejoignons péniblement Palamos, le moral en berne ! On pense que c’est le régulateur de la pompe à gaz oïl et que nos vacances aux Baléares sont fichues !
A midi nous appelons le spécialiste Tornykroft à Chitry les Mines qui nous prodigue gentiment ses conseils que nous nous empressons de mettre en application ; nous changeons quelques pièces, nettoyons, resserrons, démontons, essuyons, soufflons, remontons.

A 20 heures le premier essai autour de Palamos nous rempli tous de joie ! Après un excellent repas, malgré le vent du sud annoncé nous repartons à minuit. Effectivement nous ferons toute la traversé avec le vent contraire, et au moteur ! Il a tourné 34 heures impeccablement ! Merci, Monsieur Johnson pour votre si précieuse assistance téléphonique ! Malgré le vent du sud annoncé, nous étions si contents de pouvoir repartir que ce mauvais vent ne nous a pas démonté.
De plus Réveil Magique quant au petit matin les dauphins sont venus nous souhaiter la bienvenue dans leur grandiose univers ! La mer est belle et la visibilité parfaite, le soleil brille et nous attrapons un thon dans l’après midi, ce qui nous a occupé pas mal, garçons au gros œuvre, filles au conditionnement et au stockage ! Nous assistons au coucher de soleil, les dauphins reviennent pour nous souhaiter une bonne nuit que la pleine lune inondera de lumière jusqu’au lever du jour où sont apparus les phares de l’île de Majorque.




Ce texte a été écrit dans la superbe baie de Puerto Soller alors que nous sommes à l’ancrage face à la plage où nos petits enfants s’amusent et devant le pic du Puig Mayor qui surplombe toute la chaîne montagneuse où se mêlent pins et oliviers !



Départ



Après une semaine de descente du canal du midi, l'Embellie a retrouvé son aspect de voilier et c'est toutes voiles hissées qu'il nous a conduit au gré du vent jusqu'à Palamos où nous nous préparons pour la traversée.