Eric & Virginie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

11 juin 2015

Bandol, Frioul et Traversée à Sète

Nous partons le mardi 9 juin vers 14h30 et arrivons à 20h05 dans la Baie de Bandol. Nous faisons seulement 28 minutes de moteur pour 5h35 de navigation à la voile. C'est très agréable !
Cette baie est très belle et nous apercevons dans la montagne des maisons gigantesques. Nous y restons seulement la nuit durant laquelle nous ne dormirons pas beaucoup d’ailleurs puisqu’un orage violent a bien rincé le bateau et nous a surtout gardés en éveil !

55-Bandol

Malgré la fatigue, nous partons le lendemain à 7h40 nous réfugier aux îles du Frioul. Après 5h40 de navigation, et un vent forcissant, nous arrivons aux Iles du Frioul, dans un cadre somptueux où, hélas, beaucoup de bateaux sont ancrés, nous obligeant à nous positionner exposés à la mer et au vent.
Cet archipel aux reliefs tourmenté se compose de 4 îles (dont l’île du château d’If) et nous apercevons les ruines des anciens forts militaires sur les hauteurs parmi les roches dénudées et blanchies par le soleil et une importante végétation.

55-Frioul

N'étant pas suffisamment protégés et sachant qu’un nouveau coup de vent fort arrive, nous nous baignons rapidement et décidons de partir pour Sète puisque la côte Marseillaise ne nous permet pas de nous abriter GRATUITEMENT !
Il est 16h50 quand nous reprenons la mer pour l’étang de Thau. Nous partons avec un vent force 3-4 tribord amure, nous naviguons à la voile pendant quelques heures. Le vent forcit un moment puis tombe tout d'un coup, nous contraignant à allumer le moteur pour garder une bonne vitesse. Le vent nous amène l'humidité et le froid, ce n'est pas agréable et nous restons éveillés toute la nuit.

55-Traversée

Nous arrivons à Sète à 8h10, après 15h20 de navigation, et accostons au quai d'Alger en attendant l'ouverture des ponts à 9h30. Nous passons alors, les 2 premiers ponts et devons attendre plus de 30 minutes pour passer les 3 autres. Nous mettons au total 1h pour passer les ponts et 30 minutes pour arriver à l'ancrage.

55-Sète

Nous sommes enfin en place à 11h tellement fatigués, que nous avons l’impression d'être saoul. La sieste s'impose toute l'après-midi mais nous allons tout de même faire quelques courses en fin d’après-midi.

08 juin 2015

Port Man et Porquerolles

Dans l’anse de Port Man qui s'enfonce profondément dans la côte Est de l'île de Port Cros, nous jetons l’ancre au milieu car il y a beaucoup de bateaux. Nous n'avons plus l'habitude de voir autant de monde !

54-Port Man2

Ce parc national est superbe et conservé à l'état sauvage, seuls d’étroits sentiers serpentent à travers la pinède. Le samedi tôt, nous les empruntons jusqu’à la découverte d’un fort fermé au public. Nous continuons vers la Sardinière et le Tuf (encore une vue imprenable sur la mer). Après 2h30 de marche, nous retournons au bateau et allons-nous baigner !
La vie en bateau est quand même difficile ! Le week-end, cette anse est très prisée, il y a même des énormes bateaux avec personnel de bord ! Nous comptons 31 bateaux ancrés, ça nous change des criques où nous étions seuls mais cela nous remet tout doucement dans le bain de foule !

54-Port Man

Le lundi 8 juin du mauvais temps est annoncé, nous précipitons un peu nos visites pour ne rien rater avant d’aller nous réfugier à Porquerolles. Nous mettons seulement 2h30 pour rejoindre cette nouvelle île et ancrons à environ 500 m du bord.

54-Porquerolles2

Nous allons à l'office du tourisme pour connaître les sites à ne pas manquer. Nous longeons la gorge du loup, allons au phare, juste aperçu derrière des grilles car il est fermé au public, le moulin du bonheur et le fort Saint Agathe qui aurait pu nous offrir une vue magnifique mais qui est, lui aussi fermé au public !

54-Porquerolles

Nous finissons notre escapade au village consacré au tourisme mais très joli. Les prix en magasin sont exorbitants ! La prévision météo se dégradant, nous partons le lendemain pour la Baie de Bandol afin d'être protégé du vent d'Est annoncé.

05 juin 2015

Traversée au Continent

Nous appareillons donc le jeudi 4 juin vers 10h20 après une ultime baignade dans cette eau translucide ! Nous avons environ 100 miles à parcourir et prévoyons 24h de navigation.
Accompagnés seulement d’une légère brise, nous sommes à l'affût d'un moindre mouvement sur cette mer d’huile pour apercevoir des dauphins ou autres animaux ! C'est la première fois que nous avons une mer aussi calme et nous en profitons pour installer la table extérieure afin de faire des mots croisés, de lire, de dessiner, de faire des jeux, nous pouvons même cuisiner tranquillement. Mis à part le ronronnement du moteur, nous n'avons même pas l'impression d'être en mer tellement c’est tranquille.

53-Traversée2

En fin d'après-midi nous nous réjouissons de la présence de Rorquals Communs d’une vingtaine de mètres. C'est une baleine qui peut atteindre jusqu'à 22m et peser environ 70 tonnes ; par sa taille et son poids, c'est le 2° plus grand animal de la planète après sa cousine la baleine bleue ! Un spectacle magnifique. Vers 21 heures, nous baissons notre vitesse pour laisser passer un gros cargo. Croiser un tel immeuble en mer est impressionnant !

53-Traversée

A 2 h du matin, nous avons la chance avec la pleine lune de voir et d'entendre des baleines souffler à une trentaine de mètres du bateau. C’est une scène magique qui nous tient bien éveillés jusqu’au somptueux lever du soleil à 5h58 précisément. Nous arrivons à Port Cros dans la baie de Port Man à 10h le vendredi. Nous avons vogué exactement 107,75 miles en 23h40 et bien sûr tout au moteur !

01 juin 2015

Calvi

Nous abandonnons le superbe site de la Girolata le samedi 30 mai à 7h en longeant les côtes de la réserve naturelle de Scandola. Effectivement, c'est un paysage grandiose sculpté de falaises, grottes, fissures ou pitons acérés où les balbuzards pêcheurs (aigle des mers) ont construit leurs aires.

52-Scandola

Nous faisons une halte à la baie de Crovani vers 10h30 afin se balader et déjeuner. C'est une grande plage de petits galets dominée par des terres agricoles !

52-Crovani

Nous repartons vers 13h20 pour notre ultime destination en Corse, Calvi. De loin, nous apercevons les remparts de la Citadelle.
Nous arrivons avec un vent force 6 dans la baie de Calvi où sont disponibles des bouées à 25€ la nuit. Le gestionnaire de la société privée qui gère les bouées vient nous accoster en zodiac. Nous sympathisons et il nous conseille d'aller ancrer au golfe de la Revellata, la baie précédente pour être mieux protégé du vent.

52-Revellata

C'est un endroit magnifique avec des petites plages ravissantes dont la plus grande abrite un restaurant chic !
Le vent souffle mais malgré ça nous sommes émerveillés par la beauté de cette baie. Le lendemain, nous partons à la découverte de la montagne et du sommet nous profitons d’une vue insaisissable sur le Golfe de la Revellata.

52-Revellata2

Le lundi 1er juin, nous allons nous accrocher sur une bouée de la baie de Calvi afin de visiter la ville. Nous suivons les conseils de l'office du tourisme et visitons la citadelle. Les hautes murailles ocres de son enceinte se dressent puissamment bastionnées au-dessus de la ville basse et du port. La vieille citée compte des ruelles étroites, en pente ou en escaliers et bordées de maisons progressivement restaurées.

52-Calvi

Le lendemain matin à 7h, nous partons en train pour l'île Rousse et montons directement à l'île de Pietra, reliée à la ville par une jetée. Nous allons jusqu’au phare sur le point culminant de l’île et découvrons l’ancienne tour génoise avant de visiter la ville. C’est une citée moderne et prospère dont les rues disposées en damier sont très achalandées en commerces et les squares très fleuris en cette saison. De retour à Calvi vers 13h30, nous mangeons au restaurant et retrouvons notre bateau.

52-Ile Rousse

Le mercredi, nous regagnons la baie de la Revellata afin de profiter encore du paysage sublime et de l’eau turquoise. Après avoir consulté la météo, nous décidons de quitter la Corse le lendemain pour le continent via Port Cros.

28 mai 2015

Girolata

Nous partons le jeudi à 6h pour la Girolata mais à nouveau sans vent favorable nous mettons 6h40 tout au moteur.
A l'approche de l’anse, nous apercevons les hautes montagnes à la terre rouge constellée de végétation verdoyante ! Superbe spot mer et montagne !
Nous pensions nous mettre à une bouée à 38 € la nuit mais finalement, nous pouvons nous mettre à l'ancre gratuitement !

51-Girolata

Dès l'après-midi nous allons visiter ce petit village isolé sur un promontoire dominé par une tour Génoise carrée. On ne peut accéder à ces quelques jolies maisons de pierre rouge, ces deux gites et aux restaurant de cette paisible baie aux eaux translucides qu’en bateau ou à pied.

51-Girolata1

Vendredi 29 mai, nous partons vers 9h sur un étroit chemin qui s’enfonce dans la forêt et découvrons la plus jolie vue sur la crique de la Girolata ! Le paysage à vous couper le souffle !

51-Girolata2

De retour sur la plage, nous avons la surprise de découvrir quelques vaches installées autour de notre annexe. L'après-midi nous faisons une plongée pour explorer les fonds ! La suite sera : bronzage, farniente et APERO !!

23 mai 2015

Ajaccio

Le samedi 23 mai un vent favorable nous permet de rallier Ajaccio en 6h30 avec seulement 1h30 de moteur !
Nous sommes surpris par la grandeur de la ville : nombreux immeubles, maisons, ports. Ça nous change des endroits inhabités !
Nous ancrons dans la jetée du Margonajo, à côté des Ferries et près de la citée !

50-Ajaccio

Après avoir fait un tour en ville et s'être renseignés à l'office du tourisme, nous décidons d'aller le dimanche matin, en bus aux iles sanguinaires qui doivent leur nom à la couleur ocre rouge dont elles se parent au coucher du soleil.
Il y a un train touristique qui propose le même parcours mais à des prix exorbitants : 10€/personne en ne s'arrêtant que quelques minutes aux îles Sanguinaires alors que le bus de ville est à seulement 1€/personne et il revient 1 heure plus tard. Nous avons ainsi le temps d'aller nous balader jusqu'au bout de la pointe Parata et de prendre de belles photos des îles.

50-Sanguinaires

En fin de matinée, le car nous dépose en plein centre de l’agglomération et nous en profitons pour visiter Ajaccio, ville natale de Napoléon. Les rues, les monuments et les musées évoquent l'incroyable destin de cet enfant du pays.
Dans la vieille ville, la jetée de la citadelle, offre une vue superbe sur le front de mer et une partie du golfe d'Ajaccio.

50-Ajaccio1

Lundi 25 mai, nous prenons le train de 8h40 pour Corte, cœur de l’ile de beauté et arrivons à 10h50 ! Direction, l'office du tourisme tout en haut de la ville où nous apprenons avec déception, comme bien d’autres visiteurs, que le musée de la Citadelle est fermé le lundi mais il y a cependant, beaucoup d'autres choses à voir.
Depuis le Belvédère, nous profitons notamment de la vue insaisissable sur la ville entière, la Citadelle, le Nid d'aigle, et les crêtes de la chaine de Montagnes. Magnifique !

50-Corte

Nous avons vu l'essentiel de la ville haute et en suivant les conseils du syndicat d’initiative nous allons pique-niquer près de la rivière Tovignano. Dans cet endroit superbe et paisible nous sommes seuls et charmés par le bruit des petites cascades d'eau, bien installés à l'abri du soleil sous les grands arbres.

50-Corte1

Après cette petite halte très agréable, nous flânons dans la ville en prenant soin de ne rien manquer jusqu’au départ de notre train à 17h30.

50-Sanguinaires1

Le Mercredi 27 mai, nous partons ancrer aux îles Sanguinaires pour la journée et se promener dans la montagne.

19 mai 2015

Porto Pollo

Nous partons le mardi 19 mai pour Porto Pollo et mettons 6 h 40, en ne naviguant pratiquement qu’au moteur mais à l’arrivée nous pouvons nous accrocher à une bouée gratuite.
C'est une petite station balnéaire avec des villages de vacances, des hôtels et beaucoup de restaurants sur la plage. Le port est en cours de construction et n’est accessible pour le moment qu’aux petits bateaux. Nous y laissons l’annexe pour aller découvrir la ville.

49-Porto Pollo

Un vent violent soulève une houle insupportable jour et nuit et nous nous efforçons de rester un maximum de temps à terre, découvrant des sentiers de balade à travers rochers et maquis, convergents vers des petites criques merveilleuses, restant sur la plage pour jouer avec les enfants et le chien, nous baignant dès que possible.

49-Porto Pollo1

Nous attendons avec impatience un bon créneau météo pour quitter cet endroit agité et tenter de rejoindre Ajaccio.

17 mai 2015

Baie de Figari

Nous quittons Bonifacio le dimanche 17 mai pour aller dans la Baie de Figari à 2 heures de navigation.
Nous ancrons en face la tour à l’entrée de l’anse qui s'enfonce profondément dans les terres en se rétrécissant.

48-Baie Figari

Le lendemain matin, nous allons à terre pour atteindre la tour, visiter les alentours et en traversant le maquis odorant, accéder à des plages paradisiaques.

48-Baie Figari1

L'après-midi, c’est depuis l’une de ces belles plages sauvages et désertiques en cette saison, que nous nous baignons en famille, attirés par la clarté de l'eau même si elle est encore un peu fraîche.
Seul inconvénient de cette baie au paysage sublime, le bruit des avions car l'aéroport est situé à seulement quelques kilomètres.

10 mai 2015

Bonifacio

Dans l'après-midi nous entrons dans la Cala Catena, où des panneaux indiquent de prévenir la capitainerie sur le canal 9 pour obtenir un emplacement payant. On nous demande alors d’accrocher une épontille.
Une fois accostés face aux remparts de la Citadelle, nous nous rendons en zodiac à la capitainerie qui nous informe que c'est gratuit jusqu'en juin ! C'est génial !

47-Bonifacio1

Le samedi 9 mai en fin d'après-midi Didier, papa de Virginie et Corine nous rejoignent. Ensembles, nous prenons le petit train qui nous transporte jusqu'à la Citadelle et nous découvrons la vieille ville de Bonifacio. C’est la ville la plus méridionale de l'île et un lieu incontournable. Enfermée dans ses fortifications, la vieille cité est juchée sur un étroit et haut promontoire de calcaire modelé par la mer et le vent.

47-Bonifacio

Le dimanche 10 mai, nous allons fêter l'anniversaire de Didier au restaurant : Découverte de la charcuterie Corse, moules, frites ! Un régal ! Nous les embarquons ensuite sur notre bateau pour leur faire découvrir Bonifacio par la mer. Vu du large, la ville haute devient encore plus saisissante avec ses vieilles maisons serrées sur l'extrémité de l’immense falaise. Nous leur montrons le Grain de Sables, « le gros doigt » formation géologique distinctive près de la ville, l’ensemble des falaises et l'escalier du roi d'Aragon puis allons jusqu'aux ilots de Fazzio.
Nous finissons cette belle journée avec, pour les garçons, visite de la grotte Sdragonato non loin de la sortie du port et un repas sur le bateau.

47-Bonifacio2

Nous laissons le bateau seul dans la crique et allons dormir dans l'appartement de location de Didier et Corine près de Porto Vecchio. Le matin, nous allons tous en voiture à la forêt de l'Ospédale et marchons durant 2h30 pour aller voir la cascade de Piscia di Gallo. Après le pique-nique, nous passons par le col de Bavella, profitons du splendide panorama sur les aiguilles et prenons de belles photos !

47-Bavella

Le lendemain, nous sillonnons la vieille ville de Porto Vecchio à travers les ruelles historiques, les passages voûtés ou en escalier jusqu’à la porte Génoise qui offre une vue imprenable sur le port, les marais salants et le golfe.

47-Giulia

La balade s’arrête à la plage Santa Giulia : sable blanc, eaux cristallines et rochers arrondis suivi d’un dernier repas sur le bateau avant le départ de Didier et Corine.

08 mai 2015

Iles Lavezzi

Nous partons le vendredi 8 mai pour les îles Lavezzi, propriété de la Corse ! Nous voilà de retour en France. Nous ancrons dans la Cala Giunco.

46-Lavezzi1

Dans ce parc naturel inhabité où la faune et la flore sont protégées, le souvenir émouvant du terrible naufrage de la Sémillante tourmente encore les lieux. Deux cimetières et une chapelle blanchie remémorent l'histoire de ce terrible naufrage:
"C'était le 14 Février 1855 que le navire avait quitté Toulon avec 750 hommes à bord pour le front de Crimée où le siège de Sébastopol réclamait de constants renforts. Le 15, alors que la tempête faisait rage et qu'un brouillard empêchait toute visibilité, la frégate s'engagea dans les bouches de Bonifacio. Mutilé par les vagues, son gouvernail vraisemblablement arraché, il s'écrasa sur les îlots rocheux. Le berger de l'île Lavezzi fut le seul témoin de la catastrophe. Aucun des marins et soldats ne survécut. La plupart furent inhumés dans deux cimetières sur l'île Lavezzi, les autres sur les îles voisines."

46-Lavezzi

A l’extrémité sud-est, un phare balise le détroit entre la Corse et la Sardaigne, zone encore aujourd’hui, parmi les plus dangereuses de Méditerranée. Entre d’immenses blocs de granit polis et une prairie aride nous suivons scrupuleusement le chemin balisé et découvrons de nombreuses petites plages paradisiaques.

46-Lavezzi2

Dès l'arrivée massive des touristes amenés par des bateaux de promenade nous quittons cet autre bel endroit, pour Bonifacio.

05 mai 2015

Archipel de la Maddalena

L'archipel de la Maddalena est composé de nombreux îlots rocheux et de 7 îles principales : Maddalena, Caprera, Santo Stefano, Spargi, Budelli, Razzoli et Santa Maria.
Naviguer et séjourner dans ce site ultra préservé relèvent d’une réglementation stricte et, en principe, de l’acquittement d’un paiement. Cependant, aucun des services compétents consultés par nos soins, n'a su nous informer quant à l'obtention d'une autorisation ou autre démarche à exécuter. Nous y allons quand même !

45-Maddalena

Le lundi 4 mai en fin de matinée nous ancrons à l'île de Razzoli, dans la cala Lunga. Nous sommes seuls jusqu’à l'après-midi où plusieurs bateaux mouillent près de nous. Nous allons nous balader jusqu'au phare en rénovation et contemplons des plantes carnivores énormes !

45-Maddalena1

Le mardi, nous partons pour "Passo Cecca di Morto" entre l'île de Budelli inhabitée mais célèbre pour sa plage de sable rose et l'île Santa Maria. Le bloc marine précise que l’ancrage n’est autorisé qu’à plus de 300 m des côtes de l’île Budelli, il est donc défendu d’y débarquer, de faire du bruit etc...pourtant à priori tout le monde ne respecte pas ces indications !

45-Maddalena2

Nous allons en Zodiac sur l'île habitée de Santa Maria, mais elle est moins jolie que celles que nous avons visitées aux Maddalena. Nous passons au total 4 jours dans un cadre naturel intact, des eaux sereines et pures qui prennent des teintes bleutées comme un lagon des tropiques sur fond de sable blanc, admirant tour à tour les rochers déchiquetés, ceux, sculptés et érodés par le vent et la mer, les plages de rêves, sans que personne ne vienne nous demander quoi que ce soit !

01 mai 2015

Porto di Liscia

Nous arrivons dans la baie de Porto di Liscia, la plus protégée au Nord de la Sardaigne sous un vent de force 7 et devons faire de nombreux virements pour éviter les planchistes. C'est du Sport !
Depuis la crique nous distinguons nettement l'archipel de la Maddalena.

44-Porto Liscia

Nous entreprenons d’agréables promenades dans le parc naturel, à travers les vastes étendues de sable et d'herbes, tout autour de l'étang et explorons aussi la crique en Zodiac !

44-Porto Liscia1

C'est un site tranquille dont les eaux turquoise peu profondes, sont flanquées d’une végétation riche et sauvage. Nous avons, aussi constaté, que par vent fort ce spot est très apprécié par les amateurs de planches à voile !
Nous attendons 4 jours que le vent se calme et voguons jusqu’à l'archipel de la Maddalena.

30 avr. 2015

Baie di Reparata et Port de Santa Teresa di Gallura

Vendredi 24 avril, nous quittons Castelsardo, pour rejoindre la baie di Reparata, bien protégée du vent actuel. La crique est bordée d'une plage entourée de gros rochers arrondis et bien polis ! La vue est magnifique et nous faisons une belle balade sur terre.

43-Baie reparata

Le samedi 25 avril, le vent fort a tourné, les vagues, la pluie nous délogent subitement et nous précipitons le départ vers un nouvel endroit plus abrité de ce mauvais temps. Une heure plus tard, nous accostons au port de Santa Teresa di Gallura.

43-Port Gallura

Depuis ce port sardinais, les ferrys desservent la Corse (Bonifacio) et les îles Maddalena. Nous y restons 4 nuits (24€/nuit) à cause du mauvais temps mais nous en profitons pour faire quelques travaux dans le bateau.

43-Port Gallura1

Nous montons par les petites ruelles piétonnes jusqu’au village construit sur des formations granitiques. Du plus haut point, nous admirons la mer tellement agitée que même les ferrys ne peuvent quitter le port, et puis, plus loin, les falaises blanches de Bonifacio et l'archipel de la Maddalena !

23 avr. 2015

Castelsardo

Jeudi 23 avril, départ 6h45 pour Castelsardo. Nous mettons un peu plus de 5h uniquement au moteur.

42-Castelsardo

Nous avions prévu d’aller au port mais finalement le temps nous autorise à ancrer plus près de la ville.

42-Castelsardo2

La citée très touristique est dominée par l’ancien château devenu musée de la vannerie traditionnelle et du tressage, sa cathédrale Sant'Antonio Abate possède une vue imprenable sur la mer et les ruelles du centre sont bordées de petites boutiques d'artisanat local (vannerie, corail, liège...) et de restaurants.

19 avr. 2015

De Lazzaretto à Stintino

Le vendredi 17 avril dans l'après-midi nous nous rendons à Lazzaretto à 1 h 45 de navigation. Nous jetons l’ancre devant une belle plage de sable blanc sur laquelle seul un restaurant bénéficie de ce site merveilleux et sauvage.
Le lendemain vers 8h30, les douanes viennent contrôler nos papiers et à 11h30 nous avons à nouveau un autre contrôle… pour la même chose !
C’est le week-end et il y a énormément de monde sur la plage d’autant que le temps est superbe.

41-Lazzaretto

Le dimanche 19 avril, aidés d’une légère brise arrière nous naviguons 4 h 30 jusqu’à Porto Ferro pour passer uniquement la nuit. L’eau limpide et turquoise attire les garçons qui se baignent !
Dès le lundi, nous partons à 7 h 00 pour Stintino. Sans vent et sur la mer plate nous mettons 6h20 au moteur ; mais le temps superbe nous permet d’admirer la beauté de la côte sardoise.
Au milieu du passage entre l'ile Asinara et la Sardaigne, se trouve l’ilot de Piana qui dessine deux passes, au nord, le passage de Fornelli et au sud celui de Pelosa.

41-Porto Ferro

Nous passons au nord en raison de la profondeur et nous longeons l'ile d'Asinara qui abrite la prison de haute sécurité et protège des espèces animales rares ou en voie d'extinction (âne albinos, mouflon ...), son eco système est unique dans toute la méditerranée occidentale. Il est interdit de s'en approcher à moins de 400m.

41-Stintino

La ville de Stintino fut créée en 1896 pour accueillir les habitants de l’ile d'Asinara lorsque l’état a installé la colonie pénitentiaire. C'est un très joli village de pêcheurs aux maisons colorées !

15 avr. 2015

Alghero

Mercredi 15 avril à 6 h 45, nous prenons la mer vers Alghero pour 8 heures de navigation au moteur sur une mer d’huile puisqu’il n’y a pas un brin de vent.
Nous ancrons à l’entrée du port lorsque nous entendons un individu nous appeler depuis la jetée. Eric le rejoint en Zodiac et l’homme lui explique en anglais que nous avons la possibilité de stationner dans le port gratuitement pour une durée maximum de 5 jours. Après avoir relevé l‘ancre, nous le prenons à bord et il nous guide à l'endroit du fameux stationnement.

40-Alghero

Eric va voir les gardes côte et se rend à la capitainerie pour signaler notre présence et obtenir la confirmation de la gratuité. Nous sommes dans le centre-ville, nous n'aurions pas pu espérer mieux.
Alghero est un petit port charmant et dynamique sur la côte nord-ouest de la Sardaigne où une longue allée de palmiers conduit vers une magnifique plage.

40-Alghero2

Au restaurant, nous goutons les fameuses pizzas italiennes ; les prix restent abordables mais il faut ajouter systématiquement aux tarifs affichés, le service non inclus, soit 2 euros par personne !
Nous montons ensuite, à la vieille ville fortifiée, découvrons ses petites rues piétonnes achalandées de magasins et de restaurants et profitons de la vue exceptionnelle sur la mer depuis les remparts.

13 avr. 2015

Porto Palma et la Cala Saline

Nous partons le dimanche 12 avril pour Porto Palma, baie ouverte sur la mer mais des récifs nous empêchent de nous rapprocher de la plage.

39-PortoPalma

Pour la petite anecdote, après avoir ancré dans la baie, nous apercevons en mer, un mouvement à la surface de l'eau, nous regardons aux jumelles mais impossible d’interpréter ce que c'est !
Les garçons partent donc en Zodiac pour aller voir ça de plus près. Il ne s'agit ni d'une baleine, ni d'un cachalot comme nous l’avions envisagé, mais d'un récif qui apparaît selon le mouvement de la mer.
Il n'est signalé sur aucune carte et nous pouvons dire que cette constatation nous a un peu inquiétés et surtout, mis en alerte !

39-Saline

Lundi 13 avril, nous partons pour la Cala Saline où nous passons 2 nuits face à une longue plage de sable blanc bordée de majestueux palmiers, l'eau est toujours aussi limpide.
Les garçons décident de plonger mais en combinaison car la température de l’eau n’est qu’à 14°C ! Ils en profitent pour nettoyer la coque du bateau avec balai brosse et spatule.

10 avr. 2015

La Cala Domestica

Nous quittons Carlofote pour aller à la Cala Domestica à 4 heures de navigation.
Avec le beau temps, la beauté sauvage des paysages sardes se dévoile davantage encore.
Dans cette nouvelle crique, dominée par de hautes falaises, une longue plage de sable blanc et un fond marin turquoise complètement translucide.

38-Domestica

Nous en profitons 2 jours mais, même si sa limpidité nous donne envie de nous baigner, l’eau est encore très fraîche !
Nous privilégions donc les grandes balades dans la montagne d’où nous dominons toute la crique.

38-Domestica1

Un soir, nous pêchons une raie que nous choisissons de relâcher tellement elle était jolie !

07 avr. 2015

La Calasetta et Carloforte

Le lundi 6 avril nous partons pour la Calasetta au sud-ouest de la Sardaigne où nous restons seulement une nuit.
C'est un petit village doté d’un charmant port, des rues rectilignes bordées de maisons à 2 étages, menant toutes à l'église et la tour de pierres sur la place principale.

37-Calasetta

Le mardi 7 avril nous partons sur l'île San Pietro.
Pendant la navigation, nous traversons une colonie de polypes spécialisés, des vélelles (Velella). Le biologiste marin Alister Hardy les avait décrites sous le nom de « The Blue Fleet » (« la flotte bleue ») parce que ce petit radeau de plancton ressemble à une méduse bleutée avec une voile triangulaire transparente.

37-Calasetta1

Nous arrivons à la Marina Sifredi où nous restons 2 nuits (27 € / nuit) afin de profiter enfin de vraies douches puisque depuis le 13 janvier nous faisions avec des seaux et des bidons !

37-Carloforte

Nous en profitons pour visiter la ville de Carloforte qui constitue la seule commune de l'île San Pietro.
La vieille ville aux ruelles étroites et aux escaliers dégringolant vers la mer domine le port et a conservé la langue et les traditions ligures.
C'est un lieu touristique très fréquenté qui nous change des criques sauvages !

01 avr. 2015

Sant'Antioco et Coqquaddus

Depuis le 18 mars, nous sommes au port commercial de Romano, à couple avec un gros bateau à moteur et coincés par le mauvais temps qui nous empêche d’aller découvrir une nouvelle crique. Nous faisons la connaissance de notre voisin qui ne parle pas du tout un mot anglais et devons utiliser les mimes, quelques mots d’espagnol et les dessins pour nous comprendre.
L’emplacement est gratuit mais nous ne disposons ni d’eau, ni d’électricité … heureusement, nous sommes autonomes.

DSC02470

Le centre-ville de Sant'Antioco se situe à 1 km ; nous y trouvons un supermarché "Super Pan" et une laverie libre-service. Les Sardes sont très serviables et gentils et les prix sont les mêmes qu'en France !
Le temps, décidément peu clément nous confine dans le bateau où nous occupons nos journées en regardant des films et surtout en avançant sur les cours avec Linda.
Le vendredi 3 avril nous profitons d’un petit créneau de répit pour aller s'ancrer dans la crique Coqquaddus à 1h30 de Romano.

DSC02566

Nous sommes heureux de pouvoir naviguer un peu et de retrouver les paysages sauvages comme la plage désertique de cette petite crique où seules 2 habitations apparaissent au travers de la végétation ! Nous pouvons nous balader dans la montagne !

- page 1 de 4